Spread the love

goutteC’est quoi la goutte ?

La « goutte » est une maladie du métabolisme de l’acide urique.

L’acide urique est une molécule quasiment insoluble dans l’eau qui provient de la dégradation des « purines ».

Les purines sont des molécules dites azotées naturellement présentes dans notre organisme (l’ADN par exemple) mais pouvant également être apportées par notre alimentation.

On appelle parfois la « goutte » la « maladie de l’abondance » car ses crises peuvent être provoquées par des repas trop copieux et/ou trop arrosés …

Ça ne concerne que 1 % de la population, plus souvent les hommes mais ses crises peuvent être très douloureuses et handicapantes.

Les crises peuvent atteindre une ou plusieurs articulations. La plus souvent touchée est l’articulation de la base du gros orteil.

L’excès d’acide urique peut également entraîner des calculs rénaux … (10 % des calculs rénaux).

Comment on soigne la goutte ?

En cas de crise, on utilise des médicaments dits « hypo- uricémiants » et on conseille au patient de bien s’hydrater puisque les purines sont éliminées par les urines : 2 à 3 litres d’eau / jour …

Que faire en dehors des crises de gouttes ?

Il y a 3 choses à faire en dehors des crises de goutte :

  • boire suffisamment d’eau pour faire pipi au moins 2 litres par jour …
  • Boire de l’eau riche en bicarbonates pour alcaliniser les urines
  • Limiter les aliments riches en purines

Les aliments riches en purines : viandes, volailles, gibiers, poissons

Viandes de bœuf, porc, mouton et gibiers et dérivés (pâtés, charcuterie, saucisses, fonds de sauce ou bouillons à base de viandes …) :

Limiter consommation à 1 à 2 x /semaine … les recommandations divergent à ce sujet … à vous de trouver votre zone de confort.

Abats : rognons, foie, cervelle et ris de veau sont très riches en purines. A éviter …

Tripes, gelée, gélatine, pieds de porc, tête de veau : riches en acides aminés qui synthétisent des purines. A éviter

Volailles (poulet, dinde, oie, canard) : pas de problème

Poissons : modérer la consommation des anchois, morues, hareng, maquereaux, saumons, sardines qui sont plus riches en acide urique. Ce sont en fait tous les poissons dits « bleus » ou « d’eaux froides » ou « gras ».

Préférez les poissons à chair blanche.

Les aliments riches en purines mais qui ne se transforment pas

Les céréales complètes (et dérivés), les légumineuses, les champignons, épinards, choux et asperges sont riches en purines mais ne se transforment pas en acide urique. Ils sont donc autorisés. A tester néanmoins car les études divergent également sur ce point.

Le thé et le café contiennent également des purines qui ne se transforment pas. Ils sont donc autorisés.

Modérer la teneur totale en protéines dans l’alimentation

Modérer l’apport total en protéines en modérant l ‘apport de viandes (voir viandes citées ci-dessus).

Les protéines végétales et les protéines des produits laitiers ne posent pas de problème.

Le lait et les produits laitiers peu gras (si ils sont bien tolérés en raison de la présence de lactose pour certains) auraient même un effet protecteur qui ferait baisser le taux d’acide urique.

Repérer et modérer les aliments et boissons déclencheurs de crises

Les aliments déclencheurs de crises sont propres à chaque personne. Les mécanismes sont encore mal connus et ne seraient pas dû à la présence de purines en ce qui concerne les végétaux.

Le chocolat, les champignons, les repas de chasseur, les graisses ajoutées en excès (plus de 40 g à 50 g / jour) peuvent déclencher une crise.

Les bières contiennent des purines, même la bière sans alcool.

Les liqueurs ont également un effet néfaste.

Les vins blancs et le champagne favorisent la cristallisation et sont donc déconseillés.

Les aliments riches en fructose sont également à limiter car le fructose se transforme en acide urique (fruits, miel, jus de fruits pasteurisés, sodas, sirop de maïs, sirop de glucose fructose …).

Attention surtout à tous les aliments « transformés » (céréales petit-déjeuner, barres de céréales, biscuits, plats préparés …), … veillez donc à lire attentivement la liste des ingrédients de tous les aliments qui ne sont pas « bruts ».

revoir cet article  qui évoque le choix des aliments …

Le fructose présent à l’état naturel dans les fruits et légumes pose moins de problèmes s’il est consommé en quantité « normale ».

Retrouver et maintenir un poids « santé »

L’obésité et le « syndrome métabolique » sont reconnus comme favorisant la « goutte ».

Perdre du poids peut aider à réduire la survenue des crises de goutte.

Cependant il ne faut pas perdre de poids trop brutalement ce qui aurait l’effet inverse.

Les régimes type « jeune » et « hyper protéinés » sont donc particulièrement déconseillés.

Et vous ?

Avez-vous des problèmes de goutte ? Quels sont les aliments qui vous provoquent des crises ?